Polyarthrite rhumatoïde

Il n’est pas rare de rencontrer une personne âgée souffrant de problèmes de douleurs articulaires. Dans 34 % des cas, il s’agit de polyarthrite rhumatoïde et c’est une maladie grave qui peut mener à la dépendance la plus totale. Il s’agit en fait d’une maladie chronique, auto-immune, dégénérative et incurable caractérisée par l’inflammation des articulations et également de certaines parties du corps. Si cette maladie n’est pas traitée, elle peut s’attaquer aux tendons, aux ligaments, aux cartilages et enfin aux os. Dans sa forme la plus évoluée, la polyarthrite rhumatoïde s’attaque aux poumons et aux vaisseaux sanguins. C’est donc une maladie très sérieuse qu’il faut impérativement traiter afin de vivre normalement et de repousser autant que possible la dépendance.

Les causes et les facteurs de risque

Comme la plupart des maladies auto-immunes, les causes profondes de la polyarthrite rhumatoïde sont inconnues.

Cependant, on sait aujourd’hui qu’en cas de polyarthrite rhumatoïde, le système immunitaire s’attaque aux tissus articulaires, ce qui, à long terme, cause des lésions sérieuses. Partout dans le monde, il existe des équipes de recherches qui tentent de trouver des remèdes efficaces pour ralentir l’évolution de la maladie et pour la prévenir. En outre, ces équipes de recherches ont pu déterminer certains facteurs de risques de la polyarthrite rhumatoïde.

Suivant les recherches donc, les personnes qui ont été exposées durant plusieurs années au tabagisme, celles qui ont souffert d’angine à répétition, les femmes qui ont eu des problèmes hormonaux dans leur jeunesse et les personnes qui ont des maladies cardiaques peuvent un jour souffrir de cette maladie. En outre, il existe des facteurs environnementaux et les facteurs génétiques qu’il ne faut certainement pas négliger, car ils jouent un très grand rôle.

Toutes les études concernant la polyarthrite rhumatoïde désignent sévèrement le tabagisme comme étant un danger réel.

Les symptômes de la polyarthrite rhumatoide

Contrairement aux autres maladies rhumatismales, la polyarthrite rhumatoïde peut se manifester brusquement ou progressivement, tout dépend de chaque personne. En effet, si quelques personnes souffrent soudainement de douleur sourde au niveau des muscles et des articulations, d’autres peuvent avoir une grippe pendant plusieurs semaines accompagnées de courbatures.

Dans tous les cas, il y a des signes qui ne trompent pas, à avoir : des douleurs étranges au niveau des poignets, des genoux et des chevilles ainsi qu’une raideur dans les mouvements. En outre, il se peut aussi que les personnes atteintes souffrent de sécheresse buccale et aient des nodules sous-cutanés dans les régions osseuses. Souvent, on peut remarquer des activités cardiaques étranges.

Arrivé à 50 ans, il est recommandé de se rendre chez le médecin gériatre dès que le corps commence à fonctionner étrangement. Les malades du grand âge ont souvent les mêmes symptômes et il est donc prudent de réaliser des check-up assez souvent. En effet, pour le cas de plusieurs maladies dont la polyarthrite rhumatoïde, les symptômes n’apparaissent que lorsque la maladie est à son étant évolué.

Le diagnostic

Étant donné que les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde peuvent être confondus avec ceux d’autres maladies, seul un diagnostic poussé peut confirmer qu’il s’agit ou non de polyarthrite rhumatoïde.

Bien que le médecin gériatre soit en mesure de reconnaitre rapidement qu’un de ses patients souffre de la polyarthrite rhumatoïde, pour confirmer son diagnostic, il pourra demander à ce que son patient fasse des examens radiologiques des articulations, une échographie voire même une IRM pour vérifier l’état de la membrane synoviale et enfin, un bilan sanguin pour vérifier l’état des anticorps en cause.

Le diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde est très important, car il permet d’évaluer le stade de la maladie et de déterminer par la suite le meilleur traitement. De même, ce diagnostic permet d’évaluer de degré de la douleur de la personne qui en souffre.

Le diagnostic poussé de la polyarthrite rhumatoïde peut révéler d’autres maladies encore plus graves, mais dont la polyarthrite en est un symptôme.

Les traitements et les mesures préventives

Comme la polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune dégénérative incurable, les traitements ont donc pour but de calmer la douleur, de ralentir l’évolution de la maladie, de guérir les lésions provoquées par la maladie et aussi à prévenir les éventuelles récidives. Dans les cas les plus graves, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Ainsi, le traitement de la polyarthrite rhumatoïde se fait en trois dimensions : le traitement de choc, le traitement de fond et le traitement de stabilisation. Le traitement de choc correspond le plus souvent à une corticothérapie modérée dont la durée dépend de l’état du patient. Le traitement de fond vise à calmer les douleurs et à soigner les lésions causées par la maladie et enfin, le traitement de stabilisation a pour but de ralentir sur le long terme, l’évolution de la maladie.

Pour ce qui est de l’intervention chirurgicale dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde, elle a pour but de nettoyer en profondeur les articulations, de réparer les os ou de remplacer certaines articulations par des prothèses, car elles ont été gravement endommagées. L’intervention chirurgicale est surtout destinée aux personnes qui ont souffert de cette maladie durant des années sans présenter de symptômes apparents.

Pour ce qui est des méthodes préventives, il n’existe actuellement aucune méthode pour prévenir cette maladie, si ce n’est d’avoir une bonne hygiène de vie, d’éviter de s’exposer au tabagisme et à l’alcoolisme et de faire régulièrement un bilan de santé s’il y a des cas de polyarthrite rhumatoïde dans la famille. En outre, on sait actuellement que la phytothérapie et l’homéopathie peuvent soulager efficacement les douleurs en attendant que les traitements fonctionnent.


Autres articles intéressants