Incontinence urinaire

Avec le temps, le corps nous lâche petit à petit, c’est un fait très normal et c’est pour cette raison, entre autres, que les personnes âgées ont des problèmes de santé. Justement, l’incontinence urinaire fait partie des problèmes de santé les plus courants chez les séniors. Elle se caractérise par des fuites d’urine involontaires et elle touche près du tiers des personnes âgées, majoritairement des femmes. Généralement, elle apparaît vers l’âge de 75 ans, mais avec l’âge, l’incontinence urinaire devient plus fréquente. L’aggravation de cette maladie entraine une dépendance de la personne. On peut donc considérer l’incontinence urinaire comme une maladie grave, car elle occasionne chez les séniors une tendance à l’isolement qui ne lui est en aucun cas bénéfique.

Causes et facteurs de risque

Avec le vieillissement, la morphologie se modifie et il est donc normal que les fonctions du sphincter et de la vessie se détériorent. Cela occasionne également l’augmentation de la production d’urine et la diminution de la faculté locomotrice. De même, l’incontinence peut être due aux troubles liés à la cognition comme l’Alzheimer ou la démence sénile. Elle peut également résulter des désagréments causés par une maladie impliquant un alitement de la personne ou de certains médicaments.

En outre, les études ont montré que les femmes souffrent plus d’incontinence urinaire, surtout celles qui ont eu plusieurs grossesses au cours de leur jeunesse. Les hommes seront plus sujets à l’incontinence anale. Quoi qu’il en soit, dès que les premières manifestations se font constater, il est important d’aller voir le médecin pour éviter les complications. En effet, l’incontinence urinaire peut provoquer des infections plus ou moins graves.

Symptômes et diagnostic de l'incontinence urinaire

Les signes d’une incontinence urinaire sont les fuites urinaires involontaires à répétition. Certaines personnes atteintes de l’incontinence urinaire ne se manifestent pas, mais les signes sont là : une gêne permanente avec des odeurs caractérielles et la tendance de la personne atteinte à s’isoler en permanence. Si l’incontinence urinaire n’est pas traitée, elle peut provoquer des problèmes de la peau. Dans les cas les plus graves, elle peut conduire à une infection urinaire.

Un cas d’incontinence urinaire doit être diagnostiqué par un médecin, il en définira les causes grâce à la revue des habitudes et des antécédents médicaux. Il enquêtera sur la fréquence des moments où se produisent les fuites d’urine. De même, un test consistant à faire tousser le patient permet de déterminer une incontinence par regorgement. Dans les recherches plus poussées, une analyse de l’urine et du sang afin de déterminer d’éventuels problèmes collatéraux s’impose.

Il existe quatre types d’incontinence urinaire : l’incontinence urinaire urgenturie suite à une envie pressante, l’incontinence urinaire d’effort suite à n’importe quel effort, l’incontinence urinaire par regorgement suite au débordement de la vessie et l’incontinence urinaire mixte qui est la combinaison des trois autres causes.

Traitements et mesures préventives

L’on sait aujourd’hui que plus que l’incontinence urinaire est naturelle chez les personnes âgées. Cependant, si l’incontinence urinaire peut être d’origine médicamenteuse, elle peut facilement être traitée en remplaçant les médicaments en cause. Quant à la gestion des muscles et de l’abondance urinaire, des exercices de rééducation du muscle pelvien et l’adoption d’une habitude régulière pour uriner seront entrepris. Dans certains cas, un appui médical est préconisé et il est fort possible que toutes ces solutions ne fonctionnent pas.

Pour prévenir l’incontinence urinaire, il faut éviter les boissons comme le thé, l’alcool ou le café, car ils irritent la vessie. Il est aussi recommandé de pratiquer du sport afin d’entretenir les muscles. De même, en cas de maladie, il faut utiliser les couches pour adultes seulement en dernier recours, car le patient tend à en dépendre. Par ailleurs, les femmes ayant eu plusieurs grossesses devront contrôler très souvent leur système urogénital lorsqu’elles arrivent à la ménopause et rééduquer les muscles pelviens au besoin.

Quelques mots sur l’incontinence fécale

L’incontinence fécale est un autre problème grave des personnes âgées et tous les sexes sont concernés. Les personnes qui en souffrent gardent le silence, car elles ont honte et d’ailleurs, c’est une maladie encore plus taboue que l’incontinence urinaire pourtant elle est bien réelle et ses victimes en souffrent réellement.

Elle peut être passive si la personne atteinte ne sait pas qu’il y a eu perte de selles et de gaz ou active si la personne concernée ressent un besoin urgent de déféquer, mais n’arrive plus à retenir ses selles. À à un certain âge, l’incontinence fécale est tout à fait normal, car les muscles perdent de leur élasticité et de leur tonicité.

L’incontinence fécale peut être causée par un cancer du colorectal, une maladie neurodégénérative, une constipation prolongée, une chute brutale, la présence d’hémorroïdes ou par un acte chirurgical dans la zone du bassin. Elle peut très bien être traitée, mais dans le cas où ce n’est pas possible, la personne deviendra alors dépendante.

Les médecins gériatres connaissent bien ce problème et pour le traiter, suivant les cas, ils peuvent prescrire des médicaments, revoir avec leurs patients une nouvelle hygiène de vie et dans les pires des cas, une réparation chirurgicale peut être envisagée. En outre, si le problème n’est pas réglé alors, il existe des dispositifs médicaux qui rendront la vie facile aux personnes âgées.

L’incontinence urinaire et l’incontinence fécale constituent l’une des causes de l’isolement chez les personnes âgées. Il faut donc que l’entourage les assiste pour qu’ils puissent mieux surmonter ces maladies. De même, il faut les encourager à s’ouvrir afin de déceler les causes et la manifestation de leur maladie. En effet, en parler favorise la découverte des solutions adéquates et accélère de ce fait la guérison. De toutes les manières, la prévention de l’incontinence urinaire et fécale commence par l’adoption d’une bonne hygiène de vie.


Autres articles intéressants