Escarres

Les escarres sont des plaies très graves survenues à la suite d’une mort tissulaire, provoquée par la diminution considérable de la vascularisation. Elle est classée suivant quatre phases suivant son degré de gravité. C’est un mal courant qui touche les personnes âgées qui ont un mode de vie très sédentaire, dû à une maladie du grand âge ou une maladie psychiatrique ou aux personnes âgées alitées et paralysées. Elle est très douloureuse, peut être localisée sur plusieurs parties du corps et peut mener à la dépendance.

Les causes et les facteurs de risques

Les escarres sont des plaies graves provoquées par une pression sur la peau, empêchant la circulation sanguine, donc l’oxygénation des tissus sous-jacents. Elles peuvent également être provoquées par un frottement répété de la peau sur les diverses surfaces ou même à un cisaillement répété de la peau.

Ce sont généralement les personnes paralysées, les personnes blessées et longtemps alitées, les personnes qui se déplacent en fauteuil roulant, les personnes dans le coma ou les personnes vraiment très sédentaires ou les personnes fréquemment exposées à l’humidité qui sont touchées par cette plaie.

En outre, les études ont révélé que la dénutrition, la déshydratation, l’âge, le diabète, les troubles vasculaires et le manque de vigilance peuvent favoriser la présence des escarres. Bien que tout le corps puisse être touché, les zones à risques sont : le talon, le sacrum, l’occiput et l’ischion.

Les symptômes des escarres chez les personnes âgées

Comme il a déjà été dit, il existe 4 phases importantes concernant les escarres.

La phase I équivaut à un simple œdème. La zone touchée devient rouge tout d’abord puis si la personne ne change pas de position, elle deviendra violacée et de sera de plus en plus douloureuse.

La phase II est caractérisée par l’apparition de cloques sur l’œdème. On appelle également ces cloques des phlyctènes et elles peuvent être ouvertes ou fermées. Il faut aire très attention, car un petit choc peut ouvrir les phlyctènes, mais à cette phase,

La phase III correspond à l’apparition de lésions en dessous de la peau qui se meurt progressivement et qui devient sèche, molle et noire. C’est une phase très grave, car la peau a subi trop de dommage et les lésions vont gagner du terrain à partir de là.

La phase IV équivaut à une extension des lésions et là, la douleur peut devenir insupportable. Cette phase peut conduire à la mort très rapidement à cause des infections graves qu’elle provoque.

Chez les personnes âgées, compte tenu de l’état fragile de leur corps, les escarres se développent très rapidement.

Le diagnostic

En général, le médecin peut reconnaitre rapidement une escarre quand il ausculte un patient âgé qui a un mode de vie sédentaire, qui est alité à longueur de temps à cause d’une maladie ou d’une paralysie ou qui se déplace grâce à un fauteuil roulant.

En effet, les escarres apparaissent sur des zones spécifiques du corps, notamment celles qui sont en contact direct avec les diverses surfaces. Ainsi, on peut dire que l’apparition des escarres est plutôt prévisible pour certaines personnes.

Dans tous les cas, le médecin connait les diverses phases des escarres et il est en mesure de déterminer le meilleur traitement pour guérir rapidement ou pour atténuer les conséquences d’une escarre qui se répand déjà sur tout le corps.

En bref, le diagnostic est assez facile et le plus tôt on vient consulter le médecin, mieux l’escarre sera maîtrisée.

Les traitements et les mesures préventives

Les traitements à adopter en cas d’escarres sont définis en fonction de la phase de la plaie. Ainsi, à la phase I, l’escarre sera tout simplement nettoyée fréquemment avec du sérum et on demandera aux proches du patient de le bouger régulièrement pour éviter une récidive. À la phase II et III, on retirera les tissus endommagés avec des médicaments spécifiques et l’on pansera la plaie afin que les tissus se régénèrent. À la phase IV, si cela est possible, on envisagera une intervention chirurgicale pour reconstruire les tissus endommagés et pour accélérer la cicatrisation de la plaie.

Les personnes qui souffrent d’escarres auront des antidouleurs, des antibiotiques et des anti-inflammatoires, compatibles avec les traitements qu’elles prennent déjà.

Pour éviter les escarres, il est nécessaire d’avoir une bonne alimentation, de boire assez d’eau pour éviter la déshydratation, de bouger régulièrement ou de changer les positions des personnes qui ne peuvent pas le faire seules, d’effectuer une toilette régulière afin d’éviter la macération, de changer régulièrement les protections en cas d’incontinence urinaire ou fécale et d’utiliser des matelas et des coussins spéciaux. En outre, les zones à risque de la peau des personnes qui se déplacent en fauteuil roulant devront être surveillées une fois par jour et il en est de même pour les personnes alitées toute la journée.

Les personnes âgées qui résident dans les maisons de retraite ou les EHPAD n’ont presque jamais de problème d’escarre. En effet, étant donné qu’il s’agit d’une maladie fréquente chez les personnes âgées, le personnel de ces établissements peut aider leurs résidents à prévenir la présence des escarres, à les guérir et à éviter toutes les formes de récidives.


Autres articles intéressants