Dénutrition

Lorsqu’on prend de l’âge, si l’on n’a pas un projet de vie qui nous rend actifs, nous risquons de tomber dans la sédentarité et ce n’est pas sans conséquence. En effet, à cause d’un mode de vie sédentaire, une personne âgée est loin d’être à l’abri de dénutrition. Cependant, la sédentarité n’est pas l’unique cause de la dénutrition chez les personnes âgées. Il convient donc de faire le point sur ce trouble de l’alimentation, propre aux personnes âgées.

Les causes de ce trouble de l’alimentation

La dénutrition des séniors est due avant tout à un manque d’appétit, ce qui est tout à fait normal à un certain âge. Il faut tout de même noter que ce manque d’appétit est la conséquence directe de la perte de goût, de l’odorat et d’un mode de vie sédentaire. En effet, ce n’est pas un secret, avec l’âge, nos 5 sens perdent leur efficacité et cela modifie considérablement le mode de vie, le comportement alimentaire et la manière d’être.

Ensuite, les personnes âgées qui souffrent de pathologies liées à l’âge risquent également de souffrir de la dénutrition et ce, qu’elles restent chez elles ou qu’elles vivent dans une maison de retraite. Il s’agit d’un trouble de l’alimentation vraiment fréquent qui touche 30 % des séniors à notre époque. Il va donc sans dire qu’il ne faut pas négliger ce trouble de l’alimentation, car elle influence directement la longévité d’un individu âgé.

La dénutrition endogène est essentiellement liée aux maladies liées à l’âge et aux autres maladies. Pour ce qui est de la dénutrition exogène, elle est associée à la dépression nerveuse, l’isolement, la diminution des capacités physiques et les chocs psychologiques. En outre, une dénutrition non traitée peut conduire à l’anorexie et peut gravement nuire au système immunitaire.

Les symptômes de la dénutrition chez les séniors

Il n’est pas évident de déceler la dénutrition chez les personnes âgées étant donné qu’elle peut être confondue avec les symptômes d’une autre maladie. Cependant, certains signes bien clairs qui doivent alerter les proches d’une personne âgée que cette dernière souffre de dénutrition.

En effet, vous devez rapidement agir si un de vos proches âgés ne cesse de perdre du poids, se renferme et évite tout contact avec ses proches et s’il ne sort plus pour prendre l’air. De même, face à un sénior qui ne veut manger que deux fois par jour, voire moins, qui a souvent la grippe ou qui est fatigué à longueur de temps, qui a les cheveux qui tombent, qui a la peau anormalement sèche et présentant des œdèmes inexpliqués et aussi, si un de vos proches du troisième âge a récemment subi un choc émotionnel, alors, vous devez vous hâter pour agir.

Étant donné que la dénutrition peut être un symptôme d’une pathologie plus grave, il est nécessaire d’emmener une personne âgée chez le médecin dès que celle-ci présente les signes d’une dénutrition.

Les traitements

Afin de déterminer si une personne âgée souffre de la dénutrition ou d’une autre maladie liée à l’âge, le médecin effectue des examens spécifiques et approfondis et ils peuvent être salutaires pour le patient âgé, car en général, il s’agit d’examens très précis. Par la suite, si les résultats des examens montrent clairement que le patient souffre de dénutrition en plus d’une autre maladie, alors le médecin généraliste l’orientera d’abord vers un nutritionniste avant d’entamer un traitement pour l’autre maladie.

Vu la gravité de la dénutrition chez les séniors, il est impératif que ce soit un médecin qui effectue le diagnostic afin qu’il puisse prescrire les bons traitements. En effet, il ne s’agit pas seulement de prendre trois repas et deux collations par jour, il faut également évaluer le comportement général du patient et de lui prescrire un programme alimentaire adapté à sa morphologie, ses dépenses énergétiques et son état de santé.

Le nutritionniste peut en effet, soigner efficacement la dénutrition du sénior, en lui prescrivant un programme strict de renutrition et certains compléments nutritionnels oraux. Il s’agit d’un programme personnalisé au cours duquel le patient réapprend à se nourrir et adopte petit à petit une nouvelle hygiène de vie, plus adaptée à sa condition. Dans des cas très graves, une alimentation antérale durant une courte durée peut être envisagée pour stabiliser l’état général du patient. Ensuite, il pourra se nourrir normalement et adopter sa nouvelle hygiène de vie.


Autres articles intéressants