AVC

Suivant l’OMS, l’AVC ou accident vasculaire cérébral est la maladie qui tue le plus dans le monde entier. Bien que tout le monde puisse être touché, les personnes âgées sont les plus exposées. En outre, on confond souvent AVC et infarctus du myocarde, car ces deux crises ont certaines similitudes. Il existe deux types d’AVC, mais dans les deux cas, le cerveau manque terriblement d’oxygène et cesse de fonctionner normalement ; causant alors des dommages irréversibles. Fort heureusement, il est tout à fait possible de prévenir l’AVC et même après en avoir subi un, apprendre à vivre avec ses mauvaises conséquences est également faisable.

Les différentes sortes d’AVC et leurs causes

Il y a deux types d’AVC, celle causée par une hémorragie cérébrale que l’on appelle AVC Hémorragique et celle causée par un caillot sanguin que l’on appelle AVC ischémique.

Les études ont révélé que l’AVC Hémorragique est provoqué par une tension artérielle très élevée. Le sang arrête alors de circuler normalement, car à cause de l’hypertension, une artère du cerveau est rompue. Bien que ce cas-là soit assez ras, il s’agit tout de même d’un AVC mortel. Souvent, une anomalie congénitale de l’artère cause un anévrisme et il se rompt brusquement ou suite à une tension artérielle élevée.

Pour ce qui est de l’AVC ischémique, il s’agit de la présence d’un ou de plusieurs caillots qui bouchent les artères qui emmènent le sang vers le cerveau. Les recherches ont révélé qu’un taux très élevé de cholestérol dans le sang est la principale cause de ces caillots et d’ailleurs, ce sont des dépôts de cholestérol qui se sont transformés en caillots au fil du temps. Certaines fois, ce sont des caillots sanguins formés dans le cœur.

Les facteurs de risques de l'accident vasculaire cérébral

Tout le monde peut un jour avoir un AVC, mais certaines personnes y sont prédisposées. En outre, les personnes qui souffrent d’hypertension et qui ont des taux élevés de cholestérol dans le sang sont les plus exposées, surtout si elles sont âgées.

En outre, les personnes qui ont longtemps été exposées au tabagisme, à l’alcoolisme et à la toxicomanie doivent faire attention. De même, les personnes qui ont un mode de vie sédentaire, une très mauvaise alimentation et celles qui sont stressées de manière chronique doivent réellement aller chez le médecin assez souvent, lorsqu’elles arrivent à un certain âge.

Suivant les spécialistes, les hommes sont les plus touchés par cette maladie, mais les femmes qui ont opté pour des contraceptifs hormonaux courent le même danger. Quoi qu’il en soit, comme il s’agit d’un accident, il peut donc arriver à tout le monde, même aux bébés et aux jeunes enfants, dans ce cas-là, on parle d’AVC Pédiatrique.

On parle souvent d’un mini-AVC que l’on appelle aussi Ischémie Cérébrale Transitoire quand un caillot sanguin ou un caillot d’une autre nature empêche la circulation sanguine dans le cerveau pendant une courte période.

Les symptômes et le diagnostic

Bien que tout le monde puisse réagir différemment en cas d’AVC, il existe tout de même des signes universels qui indiquent qu’une personne subit ce type d’accident. En effet, il faut réagir urgemment si vous ou une personne de votre entourage subissez soudainement :

  • un trouble de la vision et de l’audition
  • une perte d’équilibre suivi d’étourdissements étranges
  • une grande difficulté à s’exprimer et un engourdissement des membres
  • une paralysie ou une déformation du visage et une perte de sensibilité des membres
  • de la confusion, un mal de tête vif et inhabituel suivi de nausées et de vomissements.

Ce sont les symptômes généraux de l’accident vasculaire cérébral, mais certaines personnes peuvent n’avoir aucun de ces symptômes, ce qui est vraiment très dangereux. Quoi qu’il en soit, il faut porter assistance aux personnes qui subissent un AVC.

En outre, pour confirmer qu’il s’agit d’un AVC, le médecin demandera à ce qu’on fasse une IRM pour déterminer l’emplacement de l’accident. Pour déterminer le débit du flux sanguin il demandera une échographie Doppler et pour vérifier les activités cérébrales, il demandera à ce qu’on effectuer un ECG.

Étant donné que l’AVC est tout de même une maladie cardiovasculaire, certaines personnes le confondent avec un infarctus du myocarde. Toutefois, dans le cas d’un infarctus du myocarde, on ressent une très forte douleur au niveau de la poitrine en plus des autres symptômes.

Les traitements et les méthodes préventives

Les traitements de l’AVC sont assez complexes, car ils se font en plusieurs étapes, suivant la nature de l’AVC. Généralement les malades auront un traitement de choc, un traitement de stabilisation et une rééducation.

L’AVC Hémorragique sera traité de manière chirurgicale, car il est nécessaire d’enlever le sang issu de l’hémorragie cérébrale et de drainer le liquide céphalo-rachidien pour réduire la pression à l’intérieur du crâne. Ensuite, le neurochirurgien réparera l’anévrisme si cela est possible et il fera le nécessaire pour que ce type d’accident ne se reproduise jamais.

L’AVC Ischémique sera traité dans les 3 heures qui suivent l’accident. Il consiste à injecter en intraveineuse une molécule qui dissout rapidement les caillots et réactiver la circulation sanguine. Par la suite, le patient aura droit à un traitement à vie qui empêche le sang de se coaguler ainsi qu’un autre plus limité qui empêcherait le cholestérol de se transformer en plaques.

La qualité de vie après un AVC sera peut-être réduite, cela dépendra de l’ampleur des dégâts. D’ailleurs, après un AVC, il fait réapprendre à vivre pour éviter que cela ne se reproduise à nouveau. Si l’AVC a provoqué une paralysie et qu’il est possible de la guérir, la personne qui en souffre devra suivre des séances de rééducation pour récupérer ses facultés physiques.

En outre, si dans votre famille il y a eu des cas d’AVC alors il est impératif d’avoir une mode de vie très saine (alimentation équilibrée et activités physiques régulières), de bonnes nuits de sommeil, une bonne gestion du stress et surtout, d’aller voir le médecin aussi souvent que possible pour se faire contrôler. De même, il faudra éviter tout contact avec le tabac, l’alcool, les drogues dures, la caféine et les aliments peu sains pour la santé.

Les personnes victimes d’AVC sont très bien traitées dans les maisons de retraite et les EHPAD. En effet, ces établissements disposent des infrastructures nécessaires et de personnel qualifié pour aider les personnes victime d’AVC à mieux vivre après l’accident.


Autres articles intéressants