Allocation de Solidarité aux Personnes Agées ou ASPA

Étant donné la nature fragile de nos aînés, le Gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs de sécurité pour qu’ils aient tout ce dont ils ont besoin à tout moment. D’ailleurs, une des raisons pour lesquelles il existe plusieurs allocations destinées aux personnes âgées, c’est le fait qu’il y ait plusieurs cas particuliers. Justement, l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées fait partie des allocations financières qui permettent aux séniors de jouir de tous les soins dont ils ont besoin, surtout s’ils ont des ressources très modestes. Il est donc temps que vous en sachiez un peu plus sur l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées.

L’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées en quelques mots

L’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées est une allocation que l’on verse aux personnes âgées qui ont de faibles revenus. Cette aide du Gouvernement a remplacé ce qu’on appelait avant le « minimum vieillesse » et ce, depuis l’année 2006.

Cette allocation permet surtout d’élever les retraites à un montant acceptable pour avoir une vie descente. Elle est tout à fait cumulable avec l’Allocation Personnalisée d’Autonomie. Dans certaines conditions, cette allocation doit être remboursée à l’État.

En effet, l’ASPA est perçu comme étant une avance venant de l’État et donc, si la somme de la succession des personnes qui perçoivent l’ASPA dépasse les 39 000 € en actifs nets, l’État cherchera à se faire rembourser à leur mort.

Les conditions d’obtention de l’ASPA

Les personnes qui désirent bénéficier de l’ASPA doivent être retraitées, avoir au moins 65 ans ou l’âge légal pour partir à la retraite si elles sont invalides et elles doivent également avoir des ressources qui ne dépassent pas le plafond d’attribution de l’ASPA.

En outre, il faudra également que les personnes qui demandent à percevoir cette allocation aient terminé de solder toutes leurs retraites, sans exception et bien entendu, il est aussi nécessaire que ces personnes résident en France, à la Réunion, en Guyane, en Martinique ou en Guadeloupe.

Les étrangers qui sont en règle avec le Gouvernement Français et qui possèdent un titre de séjour d’au moins 10 ans pourront aussi avoir accès à cette allocation. En outre, les réfugiés politiques et les apatrides sont priorisés.

Comment demander l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées ?

Si cette aide de l’État vous intéresse alors, vous pouvez demander à remplir les formulaires de demande de l’ASPA à la caisse retraite de votre régime. Ceci dans un souci d’organisation et aussi pour vous répondre au mieux.

Ainsi, si vous percevez plusieurs pensions de retraite et que si leur somme ne vous permet toujours pas de vivre de manière descente, alors, vous devrez présenter votre demande à percevoir l’APSA à la caisse de retraite qui vous verse la pension la plus élevée, à la CNAV si vous percevez votre pension là-bas ou à la MSA si vous percevez une pension de retraite agricole ou celle des non-salariés.

Par ailleurs, les personnes qui ne perçoivent aucune pension de retraite peuvent retirer le formulaire de demande de l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées à la Mairie. Donc, tout ce que l’on a à faire pour demander cette allocation, c’est de remplir un formulaire puis présenter les preuves d’obtention demandées.

Quel est le montant de l’ASPA ?

L’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées est calculée de manière à ce que la personne qui la demande reçoit vraiment ce dont elle besoin pour bien vivre. Ainsi, ce n’est pas une allocation standard. Cependant, on sait que le montant maximum attribué à ceux qui en font la demande est de 9600 €/an pour les personnes seules et 14 904 €/an pour les couples.

Retenez bien que comme il s’agit en quelque sorte d’une avance que l’État donne, au décès, l’État cherchera à se faire rembourser si la somme totale de la succession de la personne qui en a fait la demande dépasse les 39 000 €, comme il a déjà été mentionné. Sachez alors que si les conditions sont réunies, l’État cherchera à récupérer au maximum 6220,05 € à l’argent de l’héritage d’un bénéficiaire de l’ASPA à son décès. S’il s’agit d’un couple, le montant maximum s’élèvera à 8144,10 €.

En outre, l’on peut percevoir le premier versement de l’ASPA au 1er jour du mois suivant la date du dépôt du dossier de demande.


Autres articles intéressants